Une liste Ecolo ce 14 octobre 2012

Vers une Transition Ecologique de notre commune
Osons concilier "Berloz" et "Avenir durable" !

Publié le vendredi 14 septembre 2012

Participez à la transition Ecologique de Berloz …

Découvrez notre programme, nos candidats, ... <en savoir plus>

Pour Ecolo, gérer une ville et ses villages, c’est bien plus qu’être bon gestionnaire. C’est aussi penser à demain et après-demain et mettre en place des solutions pour sortir des impasses dans lesquelles nous nous engouffrons (réchauffement climatique, perte de la biodiversité, épuisement des ressources). C’est vouloir un changement fondamental. Ecolo veut opérer la transition d’un système fondé sur toujours plus de production et de consommation vers une prospérité réinventée, dans les limites de la planète pour tous ses habitants. Et cela trouve tout son sens au niveau local.

Inscrire Berloz dans une transition écologique (et, plus largement, de la société), c’est orienter et intégrer dans les politiques communales ces 6 objectifs du bien-être :

  • investir dans la "solidarité chaude"[1], augmenter le lien social en offrant des possibilités de rencontres, de collaboration et d’entraide, et faire du bien-être de chacun un enjeu transversal de chaque politique …
  • augmenter l’égalité et l’équité entre Berlozien(ne)s, par le renforcement des solidarités existantes et la création de nouvelles solidarités visant à l’émancipation et à l’autonomie de chacun
  • Investir dans les écosystèmes et la biodiversité, pour un capital naturel augmenté : valoriser les lieux préservés, augmenter les territoires propices à la biodiversité, compenser les territoires où la nature est détruite ...
  • Réduire notre empreinte écologique, en particulier pour les actions qui dépendent directement du pouvoir politique local, pour rester dans les limites de viabilité de la planète. Pour cela, les orientations suivantes seront proposées :
    • viser vers un objectif Berlozien zéro carbone ;
    • favoriser l’utilisation d’un service à la possession d’un bien, comme par exemple le système des voitures partagées (Cambio, VAP), le prêt d’outillage … ;
  • Impliquer davantage les Berlozien(ne)s en multipliant les processus participatifs
  • Mettre l’économie au service du bien-être, en relocalisant les activités économiques qui répondent à un besoin réel et qui sont porteuses de sens, notamment en développant l’économie sociale et en développant des politiques du temps qui permettent d’en récupérer au profit de la créativité ou du bien commun.

Les axes d’action et des propositions pour les mettre en œuvre : Réfléchir à une vision stratégique du territoire dans une perspective de long terme. Etablir une vision stratégique à long terme (20 à 40 ans), c’est engager la Commune de Berloz sur la voie de la transition, dans la durée et la constance.

Cette vision à long terme du territoire doit agir comme un phare vers lequel se dirigent les politiques communales et les stratégies des acteurs locaux, qui seront dès lors coordonnées et viseront des objectifs communs. Afin de garantir l’adhésion de tous au projet, il est nécessaire d’établir des échéanciers clairs avec des objectifs intermédiaires, d’associer les politiques, les acteurs locaux et les Berlozien(ne)s à la rédaction de cette vision stratégique, en stimulant la participation.

Développer des outils opérationnels orientés vers la transition :

Initier un Agenda 21 local, pour lui donner toute sa dimension et éviter de faire de l’A21L un plan prioritaire, et pas un plan de plus parmi d’autres, il faudra veiller à ce qu’il remplisse les conditions suivantes :

  • il devra opérationnaliser la vision stratégique par un plan d’actions à moyen terme, avec des engagements précis pour la législature ;
  • il devra s’attacher à gérer les politiques publiques de manière transversale : environnement et pauvreté, emploi et genre, intégration sociale et logement …

Ce positionnement permet de lier l’A21L aux autres plans développés au niveau local, comme le Plan Communal de Developpement rural, et assure la vision transversale des politiques communales.

Soumettre les décisions importantes à un test de durabilité : Afin de s’assurer que chaque proposition va dans le sens du développement durable et de la réalisation de la vision stratégique, les mesures devront être examinées, « testées » et, le cas échéant, améliorées ou modifiées en ce sens. Ce « test de durabilité » s’attachera entre autres à mesurer l’impact des propositions en termes de pauvreté, de mixité, de genre… Les critères projetés pour les tests de durabilité sont soumis à une Commission consultative communale chargée du développement durable (Commission du Développement durable à créer, ou Commission locale de Développement rural, existante et élargie si besoin). Les décisions feront l’objet d’un suivi (groupé par matière) et d’une évaluation, notamment par cette Commission.

Ce test se basera sur une définition forte de la durabilité c’est-à-dire une durabilité dans laquelle l’économie est conçue comme un sous-système ouvert, enchâssé dans le système social, qui est la véritable finalité du développement, lui-même inséré dans un système fermé : l’écosystème et les contraintes qu’il implique pour l’activité humaine.

Conclure des marchés publics durables : Berloz est amenée régulièrement à soumissionner et à faire des appels d’offre, a les cartes en main pour diriger ses marchés publics vers plus de durabilité. Il conviendra dès lors, lors de l’établissement d’un cahier des charges ou le choix des firmes avec lesquelles entreprendre des procédures négociées, de se poser les bonnes questions.

  • Peut-on dématérialiser la demande (acheter un service plutôt qu’un produit) ?
  • Peut-on réduire l’empreinte écologique en ajoutant des clauses environnementales ?
  • Peut-on accroître le capital social en intégrant des clauses en ce sens ?
  • Peut-on réserver le marché à l’économie sociale ?

Autant de choix qui pourront accélérer la transition en marche …

Gérer les fonds communaux de manière éthique : Berloz gère un patrimoine important dont les capitaux et les produits financiers doivent servir un développement global durable. Il s’agit donc, systématiquement, de se poser la question de la destination des placements, principalement en orientant les réserves financières de Berloz vers des fonds d’épargne éthiques. Il est essentiel de refuser les produits d’investissement peu durables à l’origine des crises financières que nous avons récemment connues… et que nous connaîtrons encore à politique inchangée.

Quartiers durables / Ecoquartiers / éco-zoning … : Un lotissement, un quartier en transformation, c’est plus que des questions d’intégration dans un environnement existant. Se pose aussi la question de la mobilité, de l’énergie, du logement, de l’emploi, du vivre ensemble, de la sécurité mais aussi de l’enseignement et de l’accueil de la petite enfance et de la place des aînés …

Pour que ces projets deviennent des exemples de développement durable, il conviendra de coordonner ces politiques, dans le cadre de la vision stratégique imaginée pour Berloz.


Jean Louis GILLES, Trésorier de la locale, 6ième sur la liste au Elections Communales 2012

[1] On distingue ainsi la solidarité "froide", qui comprend les mécanismes politiques et institutionnels, de la solidarité "chaude", représentée par les associations, la famille et l’entourage.

Forum